Accueil » ARTICLES » 6 préjugés sur les régions du vin

6 préjugés sur les régions du vin

Lorsque l’on débute son apprentissage du vin, il peut être intéressant de s’arrêter sur les préjugés que l’on peut entendre concernant certaines régions du vin.

Personnellement, je me souviens de certains a priori que j’avais pas le passé avant de me former à l’oenologie. Par exemple, au moment du battage médiatique du Beaujolais nouveau en novembre, je refusais catégoriquement de le goûter parce que j’étais persuadée que c’était de la piquette. Il faut dire que les images des japonais se plongeant dans des baignoires remplies de Beaujolais Nouveau n’aidaient pas à m’en faire une belle idée.

Malgré tout, certaines idées véhiculées dans le grand public relèvent du préjugé, voire même du cliché, et j’ai eu envie de lever les tabous avec vous 😉

Les bains de Beaujolais Nouveau participent aux préjugés sur la région
Photo prise de www.toutlevin.com

L’Alsace ne fait que du vin blanc

Alooors, il est vrai que l’Alsace fait beaucoup de vins blancs 🙂 et de très bonne qualité ! Il n’y a pour ainsi dire qu’un seul cépage qui peut produire des vins rouges. Mais ce n’est pas n’importe lequel ! Bien que très différent des vins de Bourgogne, le pinot noir n’a pas à rougir face aux vins blancs d’Alsace (c’est le cas de le dire 😉 ).

En Alsace, le pinot noir peut être vinifié en vin rouge ou en vin rosé. Il est en règle générale élevé en cuve en inox, ce qui le rend tout à fait accessible, frais. Je le conseillerais même aux personnes qui n’aiment pas vraiment le vin rouge 😉 de par sa fraicheur et des tanins peu présents.

De plus en plus l’on peut voir des vignerons qui élèvent les pinots noirs en barrique. Cette manière de faire a pour but de se rapprocher du savoir-faire bourguignon, même s’ils n’auront sûrement jamais leur notoriété.

Il n’y a que Bordeaux qui vaille

La réputation de Bordeaux n’est clairement plus à faire, ça c’est sûr ! A travers les classements qui ont été établis pour l’exposition universelle de 1855 ainsi que de par sa proximité avec l’océan et son amour des anglais, Bordeaux a gagné en lettres de noblesse à travers les décennies, voire même les siècles.

Le bordelais offre des vins très puissants, très taniques, que l’on peut (voir l’on doit !) garder minimum 10 ans en cave. C’était des vins très appréciés de nos parents et de nos grands-parents. Il faut savoir que dans les années 80, le Sud-Ouest et le Languedoc-Roussillon n’étaient pas des régions aussi qualitatives qu’aujourd’hui en termes de vins. Il est donc tout à fait normal que la notoriété de Bordeaux se soit tant développée.

Cependant, actuellement de plus en plus de jeunes palais se tournent vers des régions parfois moins connues de la France. Le regain de qualité dans le Languedoc-Roussillon en est peut-être pour quelque chose. Mais surtout, je pense que l’on recherche des vins généralement plus accessibles, tant au niveau de la bouche que du portefeuille… 😉 Fini les vins très taniques que l’on attend une décennie en cave, aujourd’hui nous souhaitons boire un bon vin, maintenant ! Et personnellement, je ne peux pas blâmer ce discours 🙂

Le Beaujolais nouveau, c’est de la piquette

Comme on en parlait en introduction de cet article, le Beaujolais nouveau a malheureusement souffert de la publicité qu’il s’est offerte après la seconde guerre mondiale, quand il fallait relancer le commerce. Le Beaujolais a misé sur des vins primeurs, accessibles à partir du 3ème week-end de novembre. De cela a découlé des vins de piètre qualité, avec parfois des pratiques douteuses comme de l’ajout de levures aromatisées… Bref, pendant longtemps, ce préjugé n’en était pas vraiment un…

Aujourd’hui cependant, il est assez réducteur de catégoriser le Beaujolais Nouveau comme de la piquette. Bien que beaucoup de vignerons ne soient toujours pas très regardant sur la qualité, quelques domaines vous proposeront malgré tout de bons rapports qualité/prix. Je vous ferai un article dédié au Beaujolais Nouveau aux alentours de sa sortie 😉

Un des préjugés sur les régions et que la Provence ne fait que des vins rosés
La Provence ne fait pas que des vins rosés

La Provence ne fait que du rosé

Oulaaaaaa, alors voici un préjugé à rayer illico de votre tête 😀

Non, non, non, il n’y a pas que le rosé qui vaille en Provence ! Et j’aurais presque envie de dire, qu’il y a surtout d’autres choses qui valent la peine en Provence ;-). Bien que le rosé des Côtes de Provence soit super méga connu, je vous conseillerais de partir à la découverte des blancs et des rouges de cette belle région.

Pour les blancs, sachez qu’un cépage typique de Provence est le Rolle. Vous les retrouverez également dans d’autres régions mais principalement en Provence. C’est un cépage qui donne lieu à des vins très faciles à boire, assez frais, qui peuvent également être assez salins aux abords de la Méditerrannée.

Pour les rouges, si vous ne les connaissez pas, partez sur Bandol. Les rouges de Bandol sont très puissants et taniques, ils sont composés essentiellement de mourvèdre et son élevés en barrique. De ce fait, laissez-les reposer quelques années en cave pour les savourer de manière optimale.

La Champagne ne fait que des vins effervescents

Quand on pense champagne, on pense bulles, évidemment ! Et bien pas que ! En effet, bien que cela soit nettement moins répandus et prestigieux que les bulles, vous pouvez très bien retrouver des vins dits tranquilles en Champagne (c’est à dire sans bulles). La Champagne élabore même des vins rouges et des vins rosés.

J’espère que cet article vous aura aidé à lever certains préjugés sur les régions du vin. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous en avez d’autres 😉

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ;-)

Laisser un commentaire